31 mars 1982

J172 - Varanasi, dernières virées sur le Gange


Réveil vers 8h.

Tous les quatre allons accomplir notre dernière balade en barque sur le fleuve sacré.
On descend du côté de Manikarnika Ghat avant de remonter.

Petit déjeuner dans notre hôtel et division.
Avec Shirley, nous traînons (linge, douche, courrier).

Vers 14-15h, nous décollons et retournons dans la rue.

Souk de Vishwanath Temple où nous retrouvons le vieux d'hier soir et acquérons shiloms et boîtes en bois (shilom + boite + kit d'encens: 8 rps !) dans une maison anodine et introuvable pour nous (fabrique sur la terrasse).

Ensuite, Mehta Brothers aux prix sidérants : 18 rps pour une chemise mélangée soie – coton ou un pantalon; 25 rps pour une chemise bleue avec des broderies jaunes.
Nous sommes juste à l’heure pour aller au New Deal Aces Restaurant pour le dernier soir.

_____________________La carte de la journée_____________________

30 mars 1982

J171 - les temples de Varanasi


Enfin une nuit correcte.

Déjeuner à l’hôtel puis départ pour le Durga Temple : fantastique animation fervente dans cette fosse religieuse : son des cloches, gens qui s’étalent, odeurs, cranes rasés, dévotion.


Tulsi Manas Mandir

Le Ramayana illustré dans un temple en marbre à la Disneyland.
A gauche, un automate qui fait la lecture, des miroirs illustrant certains épisodes qui figurent aux murs.
Les dévots en jaune qui chantent à toute vitesse.
Au premier étage, collection d’automates religieux d’une naïveté débilitante.


Bharath Kala Bhavan

Musée avec galeries de miniatures dont certaines ont une finesse (les poils de la barbe,…) toujours fascinante.
Tableaux de montagnes himalayennes par Nicholas Roerich.
(note : encore un théosophe initié et un personnage haut en couleurs. Peintre russe de style fauve, militant pour la paix, il partit en 1925 avec femme, enfant et six amis pour une expédition de cinq ans en Asie. > ses œuvres en ligne

Statues à côté, pas mal (Shiva dansant).

Retour à Luxa Road avec un rickshaw qui ne veut pas aller plus loin à cause de la chaleur.
Autre rickshaw jusqu'à l'Indian Airlines, achat d'un billet pour Katmandou.

Bière puis steak au Clarks Hotel.
Galerie marchande aux prix fluctuants (de 60 à 20 rps !).

Puis à nouveau Old Varanasi.
Vishwanath Temple au soleil couchant.
(note : ce temple a fait l'objet d'un billet dédié relatif au retro-blogging.)



Vishvanath temple, au fond Gyanvapi mosque, Varanasi


Cet homme qui lit et interprète la Gita en public. Les petites rues bondées de gens et de vaches.
Arrivée jusqu’au ghat, guidés dans ce dédale de ruelles par un vieux sympa. Il en coûte 200 rps pour se faire rôtir.

Balade avant de rentrer à 19h pour dîner une nouvelle fois au Winfa.

_____________________La carte de la journée_____________________

29 mars 1982

J170 - Varanasi, les ghats vus du Gange


Réveil à 4h30.

Après un thé dans la pénombre, balade nautique jusqu’à Tulsidas et Assi Ghat puis descente jusqu’à Trilochan Ghat.
Baigneurs, lessiveurs, saddhus, yoga en asana devant le soleil qui se lève, homme debout tressautant sous la Kundalini…il y a de l’ambiance.


Nagaram Ghat et Kedar Ghat, Varanasi
Sheldon et moi, Assi Ghat, Varanasi
Assi Ghat, Varanasi
Prayag Ghat, Varanasi
Bain rituel sur le Gange, Varanasi
Sheldon et Nina, Bhosale Ghat, Varanasi
Scindia Ghat avec le temple de Shiva, Varanasi
Ahilyabai Ghat, Varanasi
Ahilyabai Ghat, Varanasi

Au New Impérial, petit-déjeuner avec un règlement de l’addition mouvementé, où je me vois menacé du bambou puis de la fracture des jambes (flics puis truands).
Post Office décevant. Envoi d'un télégramme et tentative d’escroquerie habituelle.

Midi. Route vers le bureau d'Indian Airlines à trois dans un rickshaw.
Puis tour organisé depuis le Tourist Bungalow.


Sarnath

Le pilier d'Ashoka avec ses quatre faces ornées d'un lion, d'un cheval, d'un éléphant et d'un bélier.
Belles statues bouddhistes.
Fresques récentes et édifiantes d'un japonais dans le nouveau temple. 
(note : Sarnath est un des quatre lieux saints du bouddhisme. C'est dans le parc aux daims que Bouddha dispensa son premier enseignement portant sur les quatre nobles vérités. Le musée abrite une colonne de l'époque d'Ashoka (304-232 av. J.C.), empereur de la dynastie maurya converti au bouddhisme. Les 4 lions et la roue Dharma Chakra de son chapiteau ont été choisis comme emblèmes de l'Inde moderne. Une vidéo sur Sarnath ?)


Palais du Maharaja à Ramnagar

Jolie paire de Smith & Wesson à crosse nacrée, fusils Holland & Holland, belles armes, palenquins et souvenirs kitsch.
Encombrement monstrueux sur le pont dont une voie est bloquée par un camion qui a un essieu cassé. Hauteur et vue sur Varanasi.
Retour à temps pour retrouver Nigel.
Restaurant chinois, merveilleux poulet à la Stalingrad. Que de bouffe ces derniers temps.

_____________________La carte de la journée_____________________

28 mars 1982

J169 - Varanasi, la sacrée ville


Vers 10h petit-déj à l’hôtel.


Courants spirituels

Sortie jusqu'à la "Ramakrishna mission hospice" dont la librairie recèle des volumes de Ramakrishna et de Vivekananda.
(note : Ramakrishna Paramahamsa (1836–1886) est un mystique bengali pratiquant un syncrétisme religieux hindou, musulman et chrétien. Son approche universaliste fut célébrée par Romain Rolland, Sri Aurobindo, Gandhi,...Swami Vivekananda, son disciple, perpétua la flamme en créant l'ordre de Ramakrishna.)

Passage à la Theosophical Society dont l’éclectisme ésotérique me fascine.
(note : la Société théosophique a été fondée en 1875, à New York, par Helena Blavatsky. Son mélange de religions et d'occultisme aboutit à un ésotérisme exotique assez prisé au début du XXème siècle. Le cocktail prit fin avec un sabordage inattendu mais savoureux : Krishnamurti, repéré en 1909 en vue de devenir « l'instructeur mondial » de l'ordre de l'étoile, décida, en août 1929 à Ommen, de dissoudre l'organisation établie pour le soutenir en déclarant : "La Vérité est un pays sans chemin, que l'on ne peut atteindre par aucune route, quelle qu'elle soit : aucune religion, aucune secte. »)


Déjeuner au chinois de Luxa Road (special nan, chicken chopsuey), puis départ pour les ghats.


Le long du Gange

Déception en arrivant à Dasashwamedh Ghat : marches gigantesques mais désertes, malgré la promesse du Guide Bleu et de toutes les photos.
Descente de la rive gauche. Les impressions s’enchaînent.
Les vaches, buffles et bœufs énormes, enchaînés aux balustrades métalliques, après avoir descendu lourdement les abrupts degrés presque jusqu’au fleuve. Les crottes partout, la saleté et les mauvaises odeurs. La pisse abondante qui éclabousse.


Mamikarnika Ghat et les crémations

Les cadavres colorés (plus de femmes que d’hommes) qu’on apporte saucissonnés sur des échelles de bambou.
Mise à feu du foyer et fascination du début jusqu’à la fin de la combustion : flammes infernales et cathartiques, chaleur qui laisse les pierres des rambardes toujours chaudes, ces pieds qui se découvrent et dépassent quand l’étoffe a carbonisé, la peau qui se noircit, éclate et laisse apparaître la chair blanche et humide.
L’odeur de brûlé enivrante car c’est un humain qu’on brûle. Goût du morbide, désir de côtoyer un des plus importants, le final et définitif état de l’existence humaine, désir d’éprouver des sensations nouvelles, goût de l’horreur ?
Les cadavres que l’on amène puis immerge dans l’eau sale au pied des marches, là où certains avec un grand panier d’osier jouent les chercheurs d’or parmi les cendres humaines, puis qu’on laisse égoutter un peu avant de les rôtir.
Les vaches qui mangent les guirlandes de fleurs mortuaires, les chiens mauvais et faméliques qui rôdent en aboyant par intermittence d’une voix rauque.
L’homme qui alimente et entretient le feu, repoussant les membres à moitié carbonisés au centre du brasier, frappant du bout de sa perche en bambou noirci, une tête, un torse qui résiste encore…
Fascination mais les autres diraient horreur, or ici ce n’est pas horrible. Humain, naturel et religieux, mais pas horrible.
Plus loin, ce vaste ghat à l’écart duquel flotte la peau blanche et boursouflée comme une outre d’une vache crevée. Sur la partie qui émerge se trouve un vautour plongeant son bec sous l’eau, cherchant la peau pour la déchirer, tirant avec d'hideux tressauts la chair du cadavre. Un plus gros s’amène, l’autre décolle et cet ignoble animal pavane avec fierté insultante car trop humaine : ailes comiquement écartées pour montrer comme il est fort, levant bien haut une jambe et la reposant sèchement sur la peau bombée pour montrer sa possession du territoire. Et ensuite, plus fort que l’autre, il tire avec son bec, dérapant, se trempant les ailes dans l’eau sale. 


Shiva Temple sur Scindia Ghat

Le temple qui trempe, bancal, dans l’eau du fleuve, symbole parfait, comme Venise, d’un engloutissement progressif de toutes les choses qui meurent.
Tout passe, et salement ici, à Bénarès.
Cette tête décapitée et noire de crasse, pourpre du sang séché, d’un chien assez laid (d’après ce qu’il en reste).
L’homme qui allume le foyer de sa femme, drapé seulement de blanc, le crâne rasé par les coiffeurs juste au-dessus : il fait trois fois le tour, touchant la tête du macchabée avec le torchis de foin qui supporte une braise. Il hésite, ne sait pas comment faire (pas l’habitude), et les aides lui expliquent avec rudesse. Le feu démarre, s’emballe et l’homme regarde ce brasier qui finit d’emporter son épouse peut-être.
(note : un article très complet sur la mort en Inde, par Ludovic, âmes sensibles s'abstenir.)


Rana Ghat

Populaire, où je retrouve Sheldon.
Bouffe et boissons fraîches. Limca Cola alors que la fanfare arrive, annonçant une statue de Parvati.
Indiens, dévotion, couleurs, musique, foule.
Un saddhu s’amène, aux yeux et aux sourires vivants. "Beedies mauvais", son guru lui a dit « Yoga, pas beedi ». 15 ans passés à Dacca, pas bon. 62 ans maintenant, alors depuis 10 ans yoga, et depuis une semaine, à Bénarès. Régime, yoga, méditation, Kundalini. "Allons discuter à l’écart, ici trop de bruit", puis il nous tape du riz et des dhals en jouant l’innocent.

19h. Dîner au même endroit qu'hier, avec les mêmes gens.


_____________________La carte de la journée_____________________

27 mars 1982

J168 - arrivée à Varanasi


Excellente nuit jusqu’à Varanasi que nous atteignons vers 13h.
Quelle lenteur !

Restaurant de la gare où nous déjeunons et faisons connaissance avec Shirley.  

Après-midi passée à chercher un hôtel : Garden Hotel, New Imperial, et, désespoir, Yogi Lodge, avant de trouver l’inoubliable Upawan Rest House et sa terrasse.

Diner dans ce restaurant assez agréable pour freaks (tous les bourgeois sont à l’écart dans le cantonnement).

Retour à l’hôtel après un copieux Snow Ball (cocktail à base d'avocat et de citronnade).
Discussion avec Sheldon l’américain sur la terrasse.

_____________________La carte de la journée_____________________

26 mars 1982

J167 - de Khajuraho à Varanasi


Petit-déjeuner au Punjab puis visite des temples, ces vaisseaux de pierre, sous un éclairage idéal et accompagné par un guide.

Location d'un vélo : expédition vers les temples sud-est. Jaïns et autres.


A l'ombre de Javari temple, Khajuraho 
Vamana temple, Khajuraho

Retour au gîte, douche. Puis je quitte mon loueur.
Ce dernier, au moment des adieux, m’adresse un grand sourire et, après m’avoir recommandé de ne pas revenir seul, me dit qu’il aime bien mon visage car j’ai toujours l’air d’être heureux. Furtif moment d'émotion partagé.

Dernier repas au Punjab avant de prendre le bus de 16h30 avec Sheldon, un américain qui allait devenir un copain d’un moment.

Environ 50 km de route, ce qui nous amène à Mahoba vers 21h, après des arrêts interminables et innombrables.
Le train pour Varanasi d’ailleurs est en retard et, avec un couple anglais (Helen et Nigel), nous avons des inquiétudes concernant les couchettes.
Heureusement tout se passe pour le mieux.

_____________________La carte de la journée_____________________

25 mars 1982

J166 - Khajuraho : les scandaleux temples de l'amour


Méditation assez réussie.
Indian Airlines, change (50$ donne 461 rps).

Visite des temples, superbes sculptures.


Sculpture érotique, Lakshmana temple, Khajuraho
Temples Kandariya Mahadeva, Devi Jagadambi et Chitragupta, Khajuraho
Temples Devi Jagadambi et Kandariya Mahadeva, Khajuraho
Depuis Lakshmana temple : temples Parvati et Kandariya, Khajuraho
Sculptures érotiques, Lakshmana temple, Khajuraho

Déjeuner.
Musée archéologique.
Vente de mes chaussures qui paie la réparation des mocassins.

Bouffe tôt au Punjab Restaurant avant de rentrer avec la nuit m’abriter dans mon dispensaire.

_____________________La carte de la journée_____________________

24 mars 1982

J165 - orage à Khajuraho


Heureusement le train était assez rapide.
Arrivée vers 6h à Jhansi.
Bus assez confortable qui me dépose à midi au Khajuraho Tourism Office.

Bouffe au Madras Café et chambre chez l’habitant dans le vieux village.

Le soir, 30 minutes de temples au soleil couchant.
Bas-reliefs érotiques, parfois pornographiquement enfantins, parfois unions acrobatiques d’une grande et belle souplesse.

Spectacle de danse avec comme toile de fond les temples éclairés.
Krishna murti : danse syncopée sur une musique bizarre, avec des vocaux rythmiques pendant que tout autour l’orage fait rage, nous encerclant de ses éclairs.
Entracte et soudain, le vent se lève. Rafales de vent, on est dedans, fuite éperdue des spectateurs trempés. Ça tombe, tombe.
Retour au village en courant.

_____________________La carte de la journée_____________________

23 mars 1982

J164 - Delhi, les adieux


Méditation sans succès ces deux derniers jours. 

Rush pour le paquet à confectionner, puis dépôt au General Post Office.
Adieu à C. puis malaise de l’attente du départ.

Train à 20h20 pour elle qui retrouve son collègue de bureau, à 21h30 pour moi.  

Ciao A. Il faut mettre les voiles, et chacun est son propre navigateur.

Pas de place dans le compartiment réservé, il me faut donc entrer dans les wagons à bestiaux.
Je me coince quelque part, du côté de toilettes, contre la porte qui donne sur la voie.
Assis par terre contre mon sac à dos, il me faudra dégager à toutes les stations, ce qui devient pénible quand la somnolence gagne au bout de quelques heures.
Peu à peu la densité diminue, et je finis à moitié allongé sur une banquette en bois.

_____________________La carte de la journée_____________________

22 mars 1982

J163 - Delhi, jour 12 : faux départ


Toujours pas parti malgré des adieux matinaux.
Je ne trouve pas de tissu pour mon paquet vers la France et mon train est à 17 h !
Joie de se retrouver. Son visage illuminé.
Fatigue dans la soirée, le sommeil me sépare d’elle.


20 mars 1982

J161 - Delhi, jour 10


Journée passée avec A. à Delhi.
Librairies.
Film, « A romantic english woman ».
Déjeuner et achats autour de Janpath.

18 mars 1982

J159 : Delhi, jour 8


La Kundalini hiberne définitivement.

L'après-midi, balade dans Lodi Garden. Il y a comme des poussières d’argent dans le ciel.


17 mars 1982

J158 - Delhi, jour 7


A 14h, je ne suis toujours pas parti.
Retour d’A.
16h : départ, et visite seul du Zoological Garden (bébé rhino noir, tigres blancs) et de Pragati Maidan avec cette triennale d’art international et contemporain.


16 mars 1982

J157 - Delhi, jour 6


Méditation des plus médiocres.
Départ tard pour l'ambassade du Népal où j’obtiens mon visa.

Visite du National Museum of Natural History.

Vers 15h30, tempête qui couvre le ciel. Du vent et de l'eau. Pas mal.

15 mars 1982

J156 - Delhi, jour 5


Parti en ville assez tard après une méditation.
Sentiment de m’expandre en me diluant.

Ambassade du Népal puis Connaught Place.

Déjeuner dans ce resto de Jan Path, vadrouille autour du Tourism Office.


14 mars 1982

J155 - Delhi, jour 4


Seconde journée de stage.
Fantastique intervention de Samatananda (après celle de Prajnananda) sur le self : transformer une pensée négative en son positif.
Si on est sûr de l’effet, qu'en est-il du respect de l’intégrité de l’esprit critique ? Question soulevée par les prérogatives de l’ego, mais pourquoi virer au "tout le monde il est beau" ?
La pensée positive n’exclurait cependant pas la critique mais plutôt l’habitude mentale.

Méditation nerveuse après les deux cafés du déjeuner. Je sens seulement le ventre.

L'après-midi: intervention d’un indien qui témoigne de son expérience personnelle.
Bon contrôle de la pensée, mais encore trop de volonté de voir, de sentir. Calme prometteur, cependant le temps passe très vite.

Dîner avec A. et C. dans un boui-boui.



13 mars 1982

J154 - Delhi, jour 3


Réveil et départ pour le stage de méditation de Siddha Yoga.
Allocution de Gopalananda, le swami noir.
Chants lors des breaks entre deux allocutions.
Méditation avec cette sensation évanescente de gonfler. 

Délicieux buffet pour le déjeuner.

Malti Shetty (note : Swami Chidvilasananda, devenue l'actuel guru) anime la "sharing session".
Nityananda (note : son frère) une causerie sur le self.

L'après-midi, méditation avec gonflements immenses de la respiration, présence partout en tout.
Kundalini et énergie : retour à pied tellement j'ai la pêche.

Rapports un peu tendus avec A., au dur scepticisme bien négatif à l'égard de tout ce mysticisme.


12 mars 1982

J153 - Delhi, jour 2


Chacun de son côté, nous vaquons à nos occupations.

Tourisme Office.
Photos d'identité.
Billets d’avion et gare routière.

Soirée sans souvenirs marquants.

11 mars 1982

J152 - retrouvailles à Delhi


Nuit dans le bus.
Rencontre de disciples de Rajneesh croisés à Pushkar.

Arrivée au matin à Delhi.
Dépôt de mes affaires à la consigne puis matinée à l’hôtel Claridges.
Inscription au stage de Siddha Yoga.

Téléphone pour joindre A. que je retrouve à 21h avec quatre de ses copains et six lettres de la famille.


10 mars 1982

J151 - le fort de Chittorgarh


Parti depuis 5 mois ! Marre de voyager ? Oui, un peu.
Je rentrerais satisfait si je n'avais ce sentiment d’obligation d’aller au Népal et à Varanasi.
On verra après la pose à Delhi si l’enjeu en vaut la chandelle. Je me sens prêt pour rentrer. Mais ce serait dommage de ne pas finir l’argent du voyage. Sentiment idiot aussi de ne pas avoir tout accompli. 

Réveil tôt. Petit-déjeuner.
Mon sac à dos accuse un poids dément. Au dernier pesage, j'en étais à 89 kg !  

Train pour Chittorgarh à 9h20.
Il est pris d’assaut à chaque arrêt, nous sommes barricadés et je me réfugie dans les banquettes supérieures pour ne pas échauffer les esprits.


Chittorgarh

C'est Holi, tout est fermé y compris donc le Post Office.
Après un thali bourratif, visite du fort en tonga.
Intéressant.


Rana Kumbha Palace, Chittorgarh 
Tonga, fort et Vijay Stambh, Chittorgarh

Train ou bus pour Delhi ? La grande inconnue.
Bus, à 21h.

Quel plaisir d’apprécier la vitesse à laquelle il roule par rapport à celui d’hier qui se rendait à Ranakpur !


_____________________La carte de la journée_____________________

09 mars 1982

J150 - Udaipur, demain c'est Holi


Bus bondé à 8h, l’angoisse.
Heureusement, j'ai un bon karma et un taxi pour le même prix.

Arrivée à Udaipur.
Passage au bus stand pour récupérer quelques infos.
Petit-déjeuner, méditation.

Balade et achats déments : robes, gouaches, boites en bois fin du Rajasthan.

Retour à l’hôtel puis passage au bus stand et à la Railway Station.

Demain, c'est Holi : il n'y aura aucun bus et maintes perturbations en perspective.

Location d'une bicyclette, dîner au Bheel Restaurant après une traversée du bazar où les arbres fleurissent au milieu des ruelles.

Comment une foule, même d’enfants, peut vite tourner à l’hystérie.
Retour à la nuit parmi les braises et les pétards.


08 mars 1982

J149 - les temples jains de Ranakpur


Lever de bonne heure. Méditation sans succès.
A 6h petit-déjeuner.

Départ en bus, en retard de 7h15 à 8h, puis lenteur exaspérante à rendre fou.
90 km parcourus en 5h30.

Arrivée à 13h30, déjeuner au Tourist Bungalow.

Les temples sont biens.


Temple jain d'Adinath, Ranakpur
Temple jain d'Adinath, Ranakpur
Sikara principale, temple jain d'Adinath, Ranakpur 
Selfie sur le toit, temple jain d'Adinath, Ranakpur
Temple jain d'Adinath, Ranakpur

Rencontre d'un groupe de français et d'indiens chiants qui tiennent absolument à ce que je les prenne en photo.


Temple jain d'Adinath, Ranakpur

Le bus de retour est raté.
Gag avec un pépé sympa qui a croisé Muktananda.

Coucher chez les jaïns après un thali copieux.
Je décide finalement de ne pas aller à Jaipur faire un business qui me trouble l’esprit.

_____________________La carte de la journée_____________________

07 mars 1982

J148 - Udaipur : les palais du Pichola Lake


Réveil vers 7h puis méditation, sans résultat.

Petit-déjeuner, puis départ à 9h pour le City Palace.
Pas grandiose, à part la vue sur la région.


Au pied de Shiv Niwas Palace : Jag Niwas et Lake Pichola, Udaipur
Jag Mandir et Lake Pichola depuis le City Palace, Udaipur
Jag Niwas et Pichola Lake depuis le City Palace, Udaipur

Le Jag Niwas (Taj Lake Palace) est bien mieux : thé et bon moment assis à côté de la piscine.
Chaque instant peut être bon si j’y prête attention mais il est en dehors du monde car seulement dans mon corps et mon esprit.

Depuis Jag Niwas : City Palace, Shiv Niwas Palace et Lake Pichola, Udaipur

Déjeuner sur la place du City Palace puis descente vers Hathipole Gate. Shopping : grand choix de dessus de portes, boites, batiks, gouaches sur coton. Démonstration chez Appolo Arts de la technique du batik : masquage par la cire puis teinture du plus clair au plus foncé.

Dîner de bonne heure au Kwality de Chetak Circle.
Retour et méditation.


_____________________La carte de la journée_____________________

06 mars 1982

J147 - Udaipur : tour des lacs en vélo


Très bon hôtel sympa. 35 rps.

Repos pendant 2h avant de repartir épuiser mon corps jusqu’à ce que le foie se manifeste.

Location d'un vélo et départ à l’extérieur de la ville.
Ambition : la surmonter depuis une haute colline. Au moins 6 km à faire. Je cale à mi-pente. 

Retour en m'enfilant Fateh Sagar Lake. Pédale, pédale.

Restaurant Bheel assez bon et pas trop cher, malgré le luxe et la situation sur le lac.
Puis la visite des deux jardins est accomplie avec application et célérité.


Saheliyon ki Badi (Garden of Maidens), Udaipur
Saheliyon ki Badi (Garden of Maidens), Udaipur
Fateh Sagar Lake depuis Rock Garden, Udaipur

Retour par le bazar.
Achat de tout le nécessaire pour un goûter que je fais copieux à l’hôtel Rang Niwas avant de me coucher vers 19h.

_____________________La carte de la journée_____________________

05 mars 1982

J146 - en route pour Udaipur


Du repos et de la méditation pendant la matinée ponctuée d'une bonne douche.  

Balade jusqu’à Nakki Lake. C’est sympa.

Impulsion pour aller à Udaipur dès cette nuit. Puis aller acheter des pierres à Jaipur ?

Déjeuner au Madras Café.

L'après-midi, à nouveau méditation et préparation du sac.

Bus de nuit pour Udaipur, de 20h30 à 7h : l’enfer. Je manque le paysage et ma nuit.


_____________________La carte de la journée_____________________

04 mars 1982

J145 - les temples jaïns de Mount Abu


Bonne nuit dans le train.
De 22h50 à 7h30 : presque 9h pour faire 200 km ! Mais hôtel gratuit.

Arrivée à Abu Road.
Bus pour Mount Abu.

Petit-déjeuner avec une italienne grosse et prolixe.
Au Tourist Bungalow, super chambre à 10 rps. Mais le temps n'est pas fameux.

Méditation puis visite des temples jaïns (Dilwara Temples) étonnamment ciselés.
(note : les photos y sont interdites, mais quelques-unes sont disponibles sur Internet).

Superbe retour à pied par ces petits vallons, comme des oasis.


Mount Abu, Abu Road

Rochers, palmiers, femmes au travail, irrigation antique, un peu comme au Maroc.


Mount Abu, Abu Road

Retour à l’hôtel puis dîner sur la place.
Ambiance super de petit village de vacances. Peu de freaks mais des couples d’amoureux indiens.

_____________________La carte de la journée_____________________

03 mars 1982

J144 - Palitana, la colline jaïn aux 1000 temples


Réveil à 5h.
Petit déjeuner puis tonga jusqu'au site de Palitana.


Marches par milliers, temples par centaines



Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana
Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana
Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana
Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana
Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana
Temples jaïns, Mount Shatrunjaya, Palitana

Tous ces Mahavir : énorme, mais pas de calme.


Retour à Ahmedabad

Ne sachant pas quelle direction prendre, je craque vers 13h30 : descente en courant, tonga, réservation au bus stand, déjeuner en vitesse, retour pour le bus qui démarre dès que j’arrive.

Arrivée à Ahmedabad vers 19h30.
La ville est bondée mais c'est sympa de nuit, avec les commerces ambulants et leur lampe à kérosène,…

Rickshaw pour aller au Telegraph Office près du Bhadra Fort.
40 rps pour une conversation quasi inaudible mais j'obtiens quelques nouvelles de A.


A la gare

Pendant 45 minutes, combat pour obtenir un billet pour Abu Road puis je réussis ma réservation : 57 rps pour une 1ère au lieu de 89 rps.
Thali en vitesse puis train à 22h50, après le café.

Quelle synchro ces derniers jours !


_____________________La carte de la journée_____________________

Suivre le blog par mail