30 avril 1982

J202 - le train jouet de Darjeeling


Le même, dans le même bus, sur la même route.
Vers 9h, passage longuet des frontières.

On est en Inde.
Le changement : il n'y a plus de panneaux publicitaires pour les soft drink, mais beaucoup pour les cigarettes A1, n°10,…

Trajet sur le toit d’un bus jusqu'à Siliguri. Très bon moment.
Problème avec un tibétain qui nous a laissé ses affaires à garder.

Change de roupies, puis bus express jusqu'à Darjeeling.
Route superbe avec plantations de théiers et le mignon petit train qui paraît désespérément lent.


Toy train sur la route de Darjeeling
Toy train, Darjeeling Railway station

Éreintés par ces 24h de bus, le temps de trouver un hôtel et de dîner, nous sommes au lit.
La région est splendide, Darjeeling a l’air bien sympathique et les tibétains adorables.

_____________________La carte de la journée_____________________

29 avril 1982

J201 - Bhaktapur : sacrifices d'animaux et stars de Bollywood


En passant par Durbar Square

Jagannatha Temple et Narayan Temple et Palais Royal (Hanuman Dhoka), Durbar Square, Katmandou


Bhaktapur (Bhadgaon)

Je croise une procession avec offrandes et boucs.
Flairant le massacre, je passe avec les fidèles de l’autre côté du fleuve, un peu à l’écart.
Ça crame, comme dans les ghats, mais du bouc.
Sur l’autel, du sang partout.
Le comique, quand il faut manœuvrer l’animal sans l’affoler, le guider avec douceur, comme pour lui laisser la liberté d’aller à l’abattoir ou pas.
Ensuite, on le tient solidement bien sûr, lui ramène la tête en arrière, l’étourdit avec le tranchant de la main d’un coup sur la trachée, puis on cisaille.


Sacrifice à Shiva-Bhairava, Bhaktapur
Sacrifice à Shiva-Bhairava, Bhaktapur
Sacrifice à Shiva-Bhairava, Bhaktapur
Sacrifice à Shiva-Bhairava, Bhaktapur

Tout ça afin que le sang gicle en l’honneur de Shiva-Bhairava (ou de Kali-Bhairavi quand c’est sa femme).

Sacrifice à Shiva-Bhairava, Bhaktapur

Sur la place des taureaux mugissent et se provoquent.


La place de Nyatapola et sa pagode à cinq étages.

Bhairavnath Temple, Tachupal Tole, Bhaktapur 
Nyatapola Pagoda, Bhaktapur


Tournage bollywoodien : Amitabh Bachchan et Zeenat Aman

Sur Durbar Square : Amitabh Bachchan, pantalon blanc et cuir noir.
La foule est amassée tout autour. Trop drôle !
Répétition incessante de la même phrase musicale.
La star, l’air pas trop mal.
(note : une des rencontres les plus surprenantes de ce voyage. Amitabh Bachchan est la star masculine la plus fameuse du cinéma indien de Bollywood, un véritable monument populaire. Puis surprise de ce retro-blogging : je réussis à identifier le film puis la chanson interprétée lors de ce tournage à Bhaktapur. C'est "Pyar Mein Dil Pe Maar De Goli" ("Coeur d'amour sur le point de tuer" ?), du film " Mahaan", avec Zeenat Aman, la sexy lady de Bollywood. Kitch en diable, à voir sur Youtube.


Amitabh Bachan en plein tournage, Stone Lions et Nyatapola Pagoda, Bhaktapur
Amitabh Bachchan et Zeenat Aman, tournage sur Durbar Square, Bhaktapur
Petite pause pour Zeenat Aman et Amitabh Bachchan, Durbar Square, Bhaktapur

En face, le temple à pagode népalaise le plus porno.
Les sculpteurs se sont attachés à bien montrer les orifices, femme s’écartant les l., homme s'enfilant un gros g.
Amusant aussi, le genre scène familiale : la jeune pile le mil ou s’occupe des gosses, pendant que l’homme, par derrière, s’escrime à lui mettre sa grosse p. dans le c.
Sur un autre temple, compréhensible en terme de sexualité cosmico-spermique : des couples baisant, mais autour aussi, des éléphants, des singes, des tortues,… mimant de façon grotesque l’acte sexuel, qui n’a plus de portée mentale et seulement celle de l'accouplement.

Là-bas, sur le tournage, ils doivent se faire des bisous, car la foule s’émeut et hurle et siffle.
Les flics, pas violents comme en Inde.


Bhimsen Temple, Tachapal Square, Bhaktapur
Dattatreya Temple, Tachapal Square, Bhaktapur

Un peu plus tard, retour minuté sur Katmandou.
Rien à l’AmEx, je file sur Indian Embassy.
Collecte des affaires à Katmandou Lodge, puis bus express à 18h pour Darjeeling.

Vidéo dans le bus, super luxueux mais très étroit.
Long trajet sur une route pas trop mauvaise.
Premier film nul, sans histoire. Intéressant pour ses plans chorégraphiques.

_____________________La carte de la journée_____________________

28 avril 1982

J200 - Pashupatinath et Bodnath


Réveil tôt, comme depuis ces derniers jours.

Lecture de « Now & Then ». 
Saisie de notes de la bibliographie d'où retard pour l'Indian Embassy. 



Now and Then, notes biblio, Katmandou

Now and Then, notes biblio, Katmandou
Now and Then, notes biblio, Katmandou
Now and Then, notes biblio, Katmandou

Post Office, Bank (100 $), AmEx, Indian Embassy, livres, vente de ma couverture.
Tout se passe pour le mieux, je vais visiter les monuments cet après-midi.
Problèmes intestinaux, le foie aussi.


Pashupatinath

De l’autre côté du fleuve, le vent nous apporte la bonne odeur de steak.
Crémations.
Saddhus consciencieux travaillant au shilom, lingams partout.


Les gaths de Pashupatinath, Katmandou
Le temple de de Pashupatinath, Katmandou
Le temple de de Pashupatinath, Katmandou

Bodnath

Après c’est Bodnath, son gigantesque stupa et son collier de magasins tout autour.


Le stupa de Bodnath, Katmandou
Le stupa de Bodnath, Katmandou

Achat d'un vajra-dorjé et de clochettes.


Cloche, Bodnath
Cymbales, Bodnath
Vajra-dorje, Bodnath

Rencontre de l'italienne de Dharamsala, puis du couple français du bus.
Yaourt géant avec fruits.
Linge. Douche.

Puis adieux à Roger et Steve (le cuisinier).

_____________________La carte de la journée_____________________

27 avril 1982

J199 - retour à Katmandou


Bus depuis Pokhara, après un lever de soleil superbe sur les Annapurna.
Bus, bus, bus.
Discussion avec mon voisin, sans doute du vélo.

Katmandou.
Passage à l’Aeroflot puis à l’AmEx.

Soirée : balade au sud de Durbar Square.
Un Katmandou que je découvre, en dehors de la concentration de touristes.
Procession de népalais, avec musique et flambeaux.

Dîner avec Roger et l’anglais du refuge.

_____________________La carte de la journée_____________________

26 avril 1982

J198 - lever du soleil sur l'Annapurna


Encore une journée assez bien remplie.
Réveil de bonne heure et, du toit du Yak Hotel, le soleil se lève sur la superbe chaîne montagneuse au nord de Pokhara.
Le Fishtail, diantrement reconnaissable.


Lever de soleil sur la chaîne de l'Annapurna : Annapurna South (7219m), Annapurna I (8091 m), Hiunchuli (6441m), Macchapuchare ou Fishtail Mountain (6997 m). Pokhara
Lever de soleil sur la chaîne de l'Annapurna : Annapurna South (7219m), Annapurna I (8091 m), Hiunchuli (6441m), Macchapuchare ou Fishtail Mountain (6997 m). Pokhara
La chaîne de l'Annapurna depuis le toit du Yak hotel, Pokhara

Location d’une bicyclette et pédalage jusqu'à Mahendra Cave.
Le gardien est parti manger du riz.
L'attente s’éternise, le groupe d'un mariage m’a rattrapé.
Du coup, entrée d’autant plus agréable que clandestine. 100 m de spéléologie à la bougie et sortie par une trappe à rats.


Mahendra Cave, Pokhara

Sur le retour, arrêt au Bindhya Basini Temple. Un saddhu épanoui veut fumer le shilom avec moi.

Déjeuner.

Passage à l'Inner Trip Society (note : secte bouddhiste japonaise). L’air plutôt riche et con. Beaux bâtiments à Tokyo et Osaka. Faire des adeptes qui paient leurs cotisations !

Tourism Office où des badauds attendent la reprise du courant pour assister à la projection des films.
Films sur le Népal et le trekking, dont un avec un son français, relativement bien foutus. Puis j'attends que le guichet du Dauwe Cultural Centre s'ouvre, après avoir joué un peu de la guitare.


Abstraction, Pokhara

Aparté
Le problème, c’est qu’il n’y a pas de juste milieu, hormis celui du bon sens qui semble nous abandonner lorsqu’on s’engage sur ces chemins spirituels, indéchiffrés toujours au niveau individuel.
L’expérience des autres ne sert de rien.
On ne peut plus ambitionner le bonheur satisfait de lui-même, ce qui serait un résultat de psychothérapeute.
Et le chemin est rude, car être heureux alors, c’est être satisfait.
D’ailleurs le choix ne nous est pas offert.
En fait, processus évolutionniste quasi inéluctable, dépendant de la pensée.
Celle-ci ne s’arrête pas en chemin, sur un commandement de repli.
Qu’est-ce qui la guide alors ? Comment peut-elle être la promesse et l’effort vers une vision différente, d’une autre nature ?
Peut-être dans cette évolution, non délibérément choisie, réside le mystère que l’esprit peut dénicher l’Esprit.


_____________________La carte de la journée_____________________

25 avril 1982

J197 - Begnas et Rupa Lake à Pokhara


Artificielle sensation d’être un libre clochard, lorsqu’on quitte sa chambre avec un petit sac en bandoulière et néanmoins sans rien laisser derrière soi. 

6h-6h30. Les montagnes, trop grandes, dépassent au-dessus de la ligne des collines qui bordent le lac.
7h-7h30. Elles s’auréolent dignement de nuages, pour passer inaperçues pendant le reste de la journée.

8h-8h30. Location d’une mauvaise bicyclette pour me rendre à la Davis Fall, plus publicitaire qu’intéressante.

Balade jusqu’au tibetan village. Achat d’une ceinture.

Poésie de la simplicité qui semble ridiculiser tout mon voyage et interdire la suite.

Tourism Office et bus pour Begnas et Rupa Lake.

Désappointement en arrivant.
Seul. Pas d’installations touristiques rutilantes. Petit Trisuli Bazar. Déception.
Et par rapport à quelles attentes ? Mystère !
D’autant plus que cela devient rapidement fantastique.

Location d’une barque, traversée longue et torse nu sous le bon soleil.
Apprentissage de la pagaie asymétrique.


Begnas Lake, Pokhara

Montée sur la colline et vue superbe sur les deux lacs.
Pas assez libre pour m’y arrêter (je dois surveiller la barque).
Le voudrais-je ?

Un orage terrible arrive.
Je me protège avec un sac en plastique.
Abandon de la barque, d’un T-shirt, de 8 roupies.

Retour à Pokhara.
Echoué dans le bazar, je trouve facilement un hôtel satisfaisant des exigences qui n’ont pas été fixées.
De même pour le resto.
Et cette nausée qui ne me lâche jamais pour très longtemps.

_____________________La carte de la journée_____________________

24 avril 1982

J196 - Phewa Lake à Pokhara


Bus à 7h pour Pokhara. Pas des plus rapides.
Paysage superbe, quand je suis capable de relever la tête pour l’apprécier.
Le foie en a pris un coup. Les œufs du matin vont peser lourd sur l’estomac.

Arrivée à 14h.
Balade jusqu’au lac.


Phewa Lake, Pokhara

Dîner léger alors que les grêlons s’abattent.

Colonie baba cool près du lac, avec toute la consommation irrésistible et degeulasse qui s’y rattache : hôtels et lodges, restos en tous genres, livres, handicraft,…et rien d’intéressant (ici, même des blancs tiennent commerce !!).
Je retrouve ce couple taré suisse et leur petit chien-chien...
Et le lac ? Oui, pas mal.

La chambre est passée à 30 rps entre-temps, mais tant pis.
J’assiste à un des plus beaux orages de ma vie.

_____________________La carte de la journée_____________________

23 avril 1982

J195 - papiers pour le voyage


A nouveau, Burma Embassy.


Shiva-Parvati Temple, Durbar Square, Katmandou

Déjeuner vers 14h à Esperos, où se retrouve la clique.

Puis vélo jusqu'au Centre culturel français, sur Bagh Bazar.
Lecture de BD de Cosey ("Souviens-toi Jonathan", "Et la montagne chantera pour toi", "Pieds nus sous les rhododendrons" », "Le Berceau de Bodhisattva"), et de livres sur De Staël et Magritte.

Retour et bouffe bien grasse au Dragon avec Roger et un allemand.

Pour obtenir mon visa, il me faudra encore retourner à deux reprises à l’ambassade d’Inde !!

_____________________La carte de la journée_____________________

22 avril 1982

J194 - Visite à Patan (Lalitpur)


Passage à la Burma Embassy pour le visa.

Vélo pour Patan.

Visite de Darbar Square, très joli, dans le style décor de théâtre à la Katmandou.


Golden Temple (Hiranya Varna Mahavihar), Patan (Lalitpur)
De gauche à droite : Taleju Temple, Yoga Narendra Malla Statue, Hari Shankar Temple, Vishnu Temple, Jagan Narayan Temple, Krishna Mandir. Durbar Square, Patan (Lalitpur)
Vishwonath Temple, Patan (Lalitpur)
Pilier sculpté, Jaganarayana Temple, Patan (Lalitpur)

Jagan Narayan Temple. Temple avec sculptures, où l’on fornique à qui mieux mieux, au-dessous des dieux placides et sympathiques.

Harishmakara Temple (Vishnu Temple), consacré à Shiva et Vishnu.
Ici on brûle, découpe, bat, sectionne, cuisine, arrache, avec force détails et conviction. Et les dieux sont au-dessus, laissant faire.

Le sexe sculpté protégerait les temples, que les rapports soient zoo, homo ou hétérophiles.
La torture : promesse de ce qui attend les pêcheurs.
Les monstres sculptés dans les coins : dragons en bois, long pénis auquel s’accroche un petit homme,...Énergie divine ou vice humain ??

De gauche à droite : Taleju Bell, Hari Shankar Temple, Yoga Narendra Malla Statue, Garuda Statue, Vishwonath Temple,  Bhimsen Temple, Hanuman Statue. Patan (Lalitpur)
Le rat Mushika, Ganesha vahana, offrant le laddu, Jana Bahal Road, Patan (Lalitpur)
Nandi, Kumbeshwar Temple, Patan (Lalitpur)

Déjeuner au Hungry Eye Restaurant.
Retour à Katmandou.

Je passe ensuite au local de la secte Rajneesh, puis à Burma Airways et à l'Aeroflot.


Négoce sur Freak Street, Katmandou

Comme chaque matin depuis un mois, j’ai installé mon négoce dans un coin de Basantapur Square, tout près du début de Freak Street. Pour être vraiment précis, en face du Yin & Yang Restaurant. Ça a commencé à attirer du monde. Bon signe. J’ai été rassuré de voir arriver les flics, car ils allaient m’aider à maintenir la foule à l’écart du stand. Surtout que j’en étais à argumenter pour mon produit le plus coûteux. Pour l’instant, pas beaucoup d’acheteurs, mais un paquet de curieux plus intéressés par moi que par ma marchandise.


_____________________La carte de la journée_____________________

21 avril 1982

J193 - Katmandou, encore des réflexions


Ambassade de l’Inde pour mon visa.

Déjeuner chez Kusomi (bouffe délicieuse).

Visite de Hanuman Dhoka (palais royal) avec tous les souvenirs du roi : l’aquarium, le vélo, les honneurs de ce type.
Stupide comme le Chhauni Museum

Période de pause, avant de rentrer (en France), et qui devrait être une période d’observation.
Ne vouloir ni acquérir, ni créer. Seulement exister et voir.
L’évidence de mon appétence déraisonnable à consommer.
Voir les motivations de ses actes, principalement ceux qui ambitionnent une surévaluation par la spiritualité.

Prajna Paramita
Prajna : Pra super, Jna conscience.
Param : l’autre rive. Ita : qui est en train de passer.


20 avril 1982

J192 - réflexions à Katmandou


Longue attente à l’ambassade de l’Inde.
Lettres d’A.


Apartés

- Disons qu’il est possible de respirer dans son corps, comme si l’on avait enfilé un gant. Le problème est résolu.
Quelle est cette dualité entre d'un côté une source d’énergie indépendante et de l'autre une aspiration spirituelle ?

- Les sensations du monde extérieur se voient, par intellectualisation, attribuer diverses valeurs au sein d’une hiérarchie complexe.
Entrent en fonction du calcul : l’éducation, l’expérience et la mémoire.
Sans sensations extérieures, la mémoire ne peut amener de données au cerveau.
De façon analogue, la perception de la réalité instantanée va créer des réactions psychologiques. Même une nouvelle idée peut générer une joie ou une angoisse.
L’idée, conceptualisation à part entière, perturbe le calme organique, au même titre que le fait de notre aperception du monde extérieur.
Un souhait du cerveau peut permettre de négliger les sensations extérieures, l’intellectualisation induite et l’intellectualisation pure, de se concentrer de façon relative en ralentissant le travail cérébral – le cerveau se supprimant lui-même.
Y a-t-il alors quelque chose ? Quelle est la nature des forces en présence, leur fonction ? Sont-elles générées par le cerveau, au même titre que la joie, la peine, le courage,…? Existent-elles à l’état pur et indépendant ? Comment départagent-elles le monde extérieur dans une classification raisonnable ?
Surtout, peut-on passer d’une existence terrestre à un unisson parfait avec un absolu biologico-mental perçu comme un concept ?

- La finalité de notre présence ici. Notre rôle immédiat pour les prochaines secondes – les prochaines personnes.
Quels sont les actes à accomplir ?
Le rire. Sa fonction cathartique inemployée.
La peur. Son omniprésence révélatrice.






19 avril 1982

J191 - Trisuli Bazar - Katmandou


Bus pour le retour.

Après-midi : douche, location de vélo.
Récupération de lettres à l'AmEx et en poste restante.

Diner en groupe.

_____________________La carte de la journée_____________________

18 avril 1982

J190 - trek Langtang : Dunche - Trisuli Bazar


Étapes de 2h en 2h.


Du côté de Thade, Langtang trek
Pont suspendu, Langtang trek

Des nouvelles de la cinglée belge de la semaine précédente : elle s’est jetée du haut des rochers.
(note : la dissémination des papiers d'identité et la perte des repères du touriste occidental immergé dans le continent indien sont très bien documentés dans "Fous de l'Inde", par Régis Airault.)

Camion jusqu'à Trisuli Bazar.

_____________________La carte de la journée_____________________

17 avril 1982

J189 - trek Langtang : Syabru - Dunche


Départ de Thulo Syabru.


Le village de Thulo Syabru et la vallée de Langtang

Arrivée à Dunche à la nuit tombante, juste avant l’orage.
Une tibétaine tient à remplacer le chaï par le chang (la bière artisanale).

_____________________La carte de la journée_____________________

16 avril 1982

J188 - trek Langtang : Lama Lodge - Syabru


Descente douloureuse jusqu'à Syabru.


Pont sur le Langtang Khola, Langtang trek

Bonne forêt.

Avant dernière escalade rude.


Le village de Thulo Syabru, Langtang trek
Le village de Thulo Syabru, Langtang trek


_____________________La carte de la journée_____________________

Suivre le blog par mail