26 octobre 1981

J016 - Nishat Bagh, le jardin de la Gaîté, Srinagar

Luxe, Calme et Volupté

Très peu de temps à partager avant le départ de D. pour Delhi.
Du coup, lorsque nous passons à table pour le petit déjeuner, les œufs ont largement eu le temps de refroidir.

La matinée se présente sous l'aspect d'une luxueuse oisiveté. Le soleil atteint maintenant le château arrière du house-boat. Des commerçants en sikhara viennent tenter leur chance auprès de ces riches touristes.
Avec Patrick, rompant ce "non-faire" ensorcelant, nous partons ramer sur les eaux du lac. En rentrant, nous constatons que les marchands de passage ont réussi à placer des carpettes bon marché auprès des deux femmes sans discernement (aïe !).

Quelques cookies en poche et un vélo entre les jambes, un charmant couple se dirige nonchalamment vers les jardins moghols qui bordent le Dal Lake.


Un jardin aux douze terrasses

Le Nishat Garden (Nishat Bagh ou jardin de la Gaîté) et ses douze terrasses se révèle être un endroit propice aux abandons amoureux.
Tant de poésie dans ces fleurs et ces niveaux descendant en direction du lac et que surplombent les parois rocheuses toutes proches.


Nishat Bagh (Jardin de la Gaite), Srinagar

Nishat Bagh (Jardin de la Gaite), Srinagar


En cette fin d'après-midi, dans la lumière du soleil décroissant doucement de l'autre côté du lac, l'eau coule en se brisant sur les reliefs des cascatelles, éclate et projette tout autour des milliers d'étincelles. Les indiens en balade, et surtout les enfants, s'étonnent de ce couple occidental étroitement enlacé. Soucieux de mettre un nom sur ces visages qui les frappent, ils viennent nous demander de décliner notre identité.

Ainsi, plus tard, aux environs de Dal Gate, je me retournais sur un retentissant "Tiéoui-tiéoui". Derrière moi, cinq enfants penchés par la portière d'une Ambassador me fixaient d'un air espiègle, hilares.


Farniente

Nous rendons nos vélos et achetons encore des gâteaux pour le thé dont l'heure approche. Dans le salon du house-boat, autour des tasses et des gâteaux, ces cinq européens plaisantent. Le propriétaire du bateau est là aussi, ainsi que ceux qui assurent le service. Ils refusent toujours une première fois avant d'accepter les gâteaux qu'on leur offre, hormis le propriétaire qui inventorie ce qu'il pourrait bien taper à ces gogos. Au brouhaha des voix se mêle le bruitage froid et électronique qui accompagne des parachutistes vers les eaux menaçantes d'un lac : un mini-jeu apporté par Patrick.

Après un dîner, dans lequel les morceaux de viande viennent heureusement rompre la monotonie de l'entité conceptuelle "rice & vegetable", une digestion horizontale s'avère nécessaire avant de rejoindre la société passée au salon pour fumer ses cigares. Retour qui, comme au théâtre, est salué par des applaudissements.

Plus tard, sur le Dal Lake, tout sommeille. L'Appolo Eleven, le Moon Valley, le Lake Victoria, l'Aristotle, le Lucky Kashmir, le Badyari Palace, le Prince of Kashmir sont assoupis, comme le sont les défraîchis New Moon, Young Silver et New Maharaja aux noms fallacieux.
Seulement dans une chambre du Peer Palace semble régner une fébrile activité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires...

Suivre le blog par mail